Il y avait du souffle !

Les soirées Brame de la fédération ont fêté leurs vingt bougies en cet automne 2019 et elles furent bellement soufflées par 732 participants.

Répartis sur sept secteurs géographiques du département (hors zone centrale du Parc National des Cévennes alias PNC), les « auditeurs » ont dressé l’oreille durant deux soirs consécutifs, goûtant une ambiance crépusculaire exceptionnelle.

Chasseurs (à 85% originaires des territoires de chasse concernés), chasseurs d’ailleurs et amateurs de nature (les 15% restants) se sont attaché à remplir leur mission d’évaluation, cartes en main.

Ces pointages, une fois recoupés – ce qui n’est pas une mince affaire – permettent de traduire une moyenne sans pour autant que celle-ci soit source d’un chiffrage précis.

 

En effet, il existe un phénomène particulier nommé « brame silencieux ». Ledit brame laisse supposer qu’un cerf a à sa disposition un cheptel de biches suffisant pour lui couper le sifflet, pour ainsi dire. Il n’a pas besoin de bramer, de réer, de battre le rappel – in fine, son seul concurrent, c’est lui !

Les techniciens de la fédération (FDC 48) sont rodés à l’interprétation des résultats divisés en trois catégories.

La première s’intéresse à la hausse (de cerfs bramant donc) qui, cette année, est enregistrée sur le haut Allier. La deuxième indique une stabilité soit sur la Truyère, l’Aubrac sud (contreforts), l’ouest du causse Méjean (hors zone centrale PNC) et Mercoire. La troisième catégorie enregistre les baisses qui pour 2019 se relèvent sur la Margeride et Charpal. Mais quatre années successives de baisses sont requises pour conclure à un réel amoindrissement d’une population de cerfs.

 

Toujours est-il que ce magnifique et fascinant animal est bien présent en Lozère, terre d’élection pour la faune sauvage et pour ceux et celles qui sont…captivés par elle !

 

>>>> Pour en savoir plus : bilan détaillé des suivis brame en Lozère en 2019

 

 

Nota Bene

-Les sept zones retenues cette année : Truyère, Contreforts de l’Aubrac, causse Méjean, Margeride, Charpal, Haut Allier, Gardille (forêt de Mercoire) Chassezac.

-La zone centrale du PNC n’est pas concernée par ces comptages initiés par la FDC48.

-La méthode d’estimation s’appuie sur quatre points d’écoute répartis sur environ 1000 hectares. On peut certes admirer le paysage mais il faut être attentif et rigoureux dans le pointage sur les cartes !

-Le service technique de la FDC 48 assure l’organisation et l’animation en lien avec les acteurs des territoires de chasse. ONF et lieutenants de louveterie participent aux opérations ainsi qu’un agent du PNC (sur le Méjean).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu