« Les chasseurs sont-ils bons pour l’environnement ? » Cette question, curieusement formulée, s’affiche à la Une du quotidien national Aujourd’hui en France (la version Province du Parisien) en date du samedi 21 septembre 2019.« Seuls 19% des Français sont favorables à la chasse » est-il également noté à la Une.

Or ce « sondage » signé Ipsos, en date d’octobre 2018, n’indique pas la jauge de l’échantillon dit représentatif et le journal retient les opinions défavorables.Bref.

« Chasseurs et écolos, même combat ? », tel est le titre du dossier (pages 2 et 3) qui commence ainsi : « Alors que la chasse rouvre, ses défenseurs adoptent désormais le discours des ONG environnementales qui les combattent. À raison ? »

Voulant échapper à toute caricature, le journal peine néanmoins à éclairer la lanterne du lecteur, pas forcément chasseur, pas forcément écologiste, peut-être un peu les deux ou pas du tout.

L’article principal note le verdissement de la communication cynégétique évoquant la campagne de la FNC (2018) qui martèle jusque sur les murs du métro parisien que « les chasseurs sont les premiers écologistes de France ».

D’aucuns auront pu le voir comme une évidence, d’autres comme une provocation.

Car le dialogue entre les chasseurs et les opposants à la chasse n’est pas près de se dérouler dans l’apaisement, l’écoute et le respect. L’article se conclut sur une réflexion d’un naturaliste ouvertement anti-chasse et auteur d’un essai intitulé « Pas de fusil dans la nature ».

 

————————————————————————————————-

 LE CHASSEUR JOUE…L’OUVERTURE

Ensuite, deux interviews donnent la parole à Thierry Coste présenté comme le conseiller de la FNC et à Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO.

Thiery Coste joue l’ouverture et précise que le chasseur est attaché à son territoire – tout en s’interrogeant sur la pertinence des lâchers de gibiers et des chasses en enclos. Il note que les chasseurs, sur le plan local, travaillent très bien avec les associations de randonneurs, de vététistes : « C’est au niveau national que des ONG ou des politiques en mal d’existence médiatique prennent des postures anti-chasse ! »

EN VERT ET CONTRE TOUT

Le président de la LPO est bel et bien un opposant acharné, il combat la chasse mordicus et ne lui délivre aucun satisfecit – en un mot comme en cent, il les…fusille !

Pour lui, le chasseur n’est ni le premier ni le dernier des écolos. À la question « Avec l’écocontribution de 5 euros par permis pour financer des actions en faveur de la biodiversité, les chasseurs ne font-ils pas un geste ? », la réponse fuse : « C’est une blague. À chaque fois qu’un chasseur verse 5 euros, l’État en verse 10. C’est honteux ! Les ONG en font beaucoup plus et gratuitement ! »

TOUT EST QUESTION D’ÉQUILIBRE

Finalement, un petit portrait d’un chasseur de Seine-et-Marne vient apaiser l’ambiance et ramener les choses à de justes et… naturelles proportions. « Claude Féraud est gestionnaire d’un territoire qui a retrouvé, grâce à sa société de chasse, un équilibre naturel ».

Instituteur et président de la société de chasse communale de Villiers-sur-Seine, il résume, philosophe : « On peut dire ce qu’on veut sur les chasseurs, chacun peut avoir son opinion, mais ils participent à l’équilibre des zones naturelles. Tout est question d’équilibre… »

Et comme disait Paracelse, médecin et alchimiste suisse (16ième siècle) « c’est la dose qui fait le poison » !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu