Décidément, par les temps qui courent (!), il ne fait pas bon être chasseur. Le lynchage sur la place publique, via les réseaux dits « sociaux », est devenu la norme et lorsqu’il s’agit d’accidents, alors là c’est un tsunami d’insultes, de discours haineux qui se répand par les égouts numériques.

Or il faut bien savoir que la vie est un risque qui se finit toujours par la mort. Il faut croire cette vérité crue, l’accepter; la vie est une maladie mortelle…

En termes d’accidents, mortels ou non, la chasse est dans le peloton de…queue, les accidents domestiques étant largement en tête, les victimes ayant de 0 à 100 ans. Oui, prendre aujourd’hui son vélo est potentiellement dangereux (environ 160 morts chaque année) sans parler de simplement marcher sur un trottoir à Paris (gare aux trottinettes assassines…).

Alors oui, il y a des accidents à la chasse et il y en aura toujours, comme au volant – ne nous voilons pas la face.

Mais aujourd’hui, les efforts de formation, de sensibilisation réalisés par les fédérations de chasseurs portent leurs fruits et il convient de noter que plu de 60% des accidents/incidents se produisent lors de battues (lire le communiqué de l’ONCFS).

Ce lynchage systématique (alias « bashing) tourne à l’hystérie collective dopée aux discours anxiogènes. La chasse est à l’origine de l’humanité et l’on se prend à penser que, finalement, l’homme aurait eu meilleur jeu (!) à rester un chasseur cueilleur dans une nature nourricière dont il connaît les pièges, sans toutefois toujours leur échapper… Toute vie est aventure(s).

communique_ONCFS_bilan_accidents_chasse_2018-2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu